Comment payer moins d’impôts ?

by

La taxe sur le logement arrive à la fin de 2020 et restera à payer pour la plupart des citoyens français. C’est l’occasion pour nous de faire le point sur toute la gamme des exemptions qui existent. Peut-on être exonérés de l’impôt sur le logement ? Quelles sont les conditions ?En réalité, de nombreuses possibilités d’exonération de l’impôt sur le logement existent, ne sont pas toujours connues des contribuables et/ou sont souvent mélangées. Nous faisons le point sur tout ce qui existe, que ce soit pour les étudiants, les contribuables modestes, les résidences secondaires, les conditions fiscales de référence, etc. Toutes les possibilités d’éviter la taxe sur le logement de 2020 sont énumérées dans cet article, qu’il s’agisse d’exonérations totales ou partielles . Faire une distinction claire entre les exemptions et les allocations qui sont automatiquement accordées de celles qui doivent être réclamées.

Contenu

A découvrir également : Les différents seuils d'imposition à l'impôt sur le revenu

  • 1) Exonération totale de l’impôt sur le logement 2020 : veuves, de plus de 60 ans, désactivé… simulation !
  • 2) Exemption partielle de l’impôt sur le logement pour les conditions de ressources ! Prendre des mesures en 2020 pour se préparer à 2021.
  • 3) Exonération de l’impôt sur le logement introduite par Macron via le revenu fiscal de référence.
  • 4) Exonération totale ou partielle de l’impôt sur le logement sur demande : s’applique à tout le monde.
  • 5) Exemption de l’impôt sur le logement pour les contribuables dans les maisons de retraite.
  • 6) Exonération totale ou partielle de l’impôt sur le logement 2020 pour les étudiants : à réclamer !
  • ( 7) Quatre allocations partielles sur l’impôt sur le logement.
  • 8) Exonération de la taxe sur le logement sur les logements vacants ?
  • 9) Exonération de l’impôt sur le logement sur le deuxième des maisons ?

1) Exonération totale de l’impôt sur le logement 2020 : veuves, plus de 60 ans, handicapés… simulation !

La première exemption prévue à l’article 1414 de la CGI est réservée aux personnes suivantes : — Les contribuables âgés de plus de 60 ans. – Des veufs. — Titulaires de l’allocation d’invalidité AAH. — Invalides soumis à conditions.

Inclure une de ces catégories ne suffit pas. Il est également nécessaire de ne pas payer d’impôt sur la fortune et, surtout, d’avoir un revenu d’impôt de référence inférieur à certains plafonds. Je ne reviendrai pas sur le revenu fiscal de référence qui figure sur votre avis fiscal et que nous avons expliqué ici. Le revenu fiscal de référence (RFR) 2020 sur le revenu 2019 à ne pas dépasser pour être exonéré de l’impôt sur le logement 2020 est fixé à l’article 1417 du CGI : il s’élève à 11 097€ pour une part d’impôt majoré de 2 963€ pour chaque moitié supplémentaire.

  Les différents seuils d'imposition à l'impôt sur le revenu

A lire aussi : Quels sont les barèmes pour les impôts ?

Simulation :

M. Corrigetonimpot a plus de 60 ans et son revenu d’impôt de référence 2019 est de 11,500€. Il a 1,5 actions sur son avis fiscal. Son plafond à ne pas dépasser est de 11 097 2 963. Étant donné que son revenu fiscal est inférieur au seuil, M. sera automatiquement exonéré de l’impôt sur le logement 2020.

Inutile de postuler, les autorités fiscales étudient normalement systématiquement la double condition (statut et RFR) via votre avis et vous exonère de l’impôt sur le logement sans vous demander. Il convient de noter que les bénéficiaires de l’ASPA et de l’ASI sont automatiquement exonérés sans avoir à se conformer à la condition fiscale de référence.

2) Exemption partielle de l’impôt sur le logement pour les conditions de ressources ! Prendre des mesures en 2020 pour se préparer à 2021.

Poursuivant le point précédent, les personnes ayant des revenus modestes mais qui ne figurent pas dans les catégories indiquées (plus de 60 ans, handicapés…) bénéficieront toujours d’une allocation partielle. Surtout, cette réduction partielle ne doit pas être confondue avec l’exemption totale du point précédent. Ici, la taxe autorités vont toujours prendre le revenu fiscal de référence, mais avec de nouveaux seuils. Si le RFR est inférieur à 27 706€ sur la déclaration de revenus 2019 2020 (augmenté de 8 210€ pour la première moitié d’action et de 6 175€ pour la prochaine moitié d’action), une réduction sera appliquée sur votre impôt foncier 2020. Il se fait automatiquement et n’apparaît pas sur l’avis. Cependant, il existe et a été calculé ! Veuillez noter que plus le revenu fiscal de référence est faible, plus vous êtes susceptible de voir votre impôt sur le logement diminuer grâce à cette réduction. On y revient un peu plus loin.

Simulation :

M. Corrigetonimpot a un revenu fiscal de référence de 30 000 euros en 2020 et a une part. Il est au-dessus du seuil et n’aura pas de déduction partielle calculée automatiquement sur son impôt sur le logement de 2020. L’année suivante, M. Corrigetonimpot avait un revenu fiscal de référence de 25 000 euros. Il n’a pas changé de logement, mais il peut être certain que son impôt sur le logement sera inférieur à celui de 2020. En effet, il est inférieur au seuil de 27 706€ et bénéficiera donc d’une réduction.

3) Exonération des logements fiscaux mis en place par Macron via le revenu fiscal de référence.

Le revenu fiscal de référence figure toujours dans la réforme de Macron. Encore une fois, le fait d’être en deçà d’un certain seuil permet d’être totalement exonéré de l’impôt sur le logement, mais seulement dans quelques années. Pour l’année 2020, une exemption de 100% sera appliquée automatiquement si votre RFR est dans les ongles. J’ai détaillé l’ensemble de la mesure avec les stratégies pour en profiter ici : Comment fonctionne l’abolition de la taxe sur le logement en 2020 ? Quand et comment en bénéficier ?

4) Exonération totale ou partielle de l’impôt sur le logement sur demande : s’applique à tout le monde.

Une étape intéressante pour tout le monde : l’article L247 du livre des procédures fiscales permet aux contribuables en situation d’ « embarras ou d’indigence » de demander l’annulation de leur logement fiscal. Nous sommes sur une demande de remise gratuite que tout le monde peut faire. La taxe les autorités sont libres de l’accepter ou non. S’ils l’acceptent, ils annuleront votre taxe foncière partiellement ou totalement. Tout ce que vous avez à faire est d’envoyer un courriel, d’expliquer que vous êtes dans une situation de désagrément financier et de faire annuler la taxe sur le logement en vertu de cet article de la Loi et d’attendre la réponse fiscale. Les situations récurrentes de « gène » acceptées sont : RSA, perte d’un emploi, naissance d’un enfant, décès d’un parent, divorce, accident…

  Le calendrier fiscal

Bien sûr, il n’est pas nécessaire de postuler si vous êtes sur CDI et gagnez 3 000€ par mois. Cela dit, je conseille à tout le monde d’essayer : cela ne coûte rien et au pire, vous aurez un refus. Chaque année, les autorités fiscales reçoivent un peu plus d’un million de demandes à cet effet et acceptent entre 50 et 60% ! Une chance sur deux d’être exonérée de l’impôt sur le logement avec un courriel. Pour en savoir plus, nous avions détaillé la procédure à suivre pour demander l’annulation d’une taxe avec le courrier à écrire.

5) Exemption de l’impôt sur le logement pour les contribuables maisons de retraite.

Les personnes de plus de 60 ans qui sont dans une maison de retraite mais qui ont encore leur ancienne maison ne peuvent pas payer d’impôt sur le logement. Aucune condition de revenu ici, il est nécessaire que le pensionné soit dans une maison de retraite pour un caractère durable et que la propriété qu’il possède était sa résidence principale et demeure libre d’occupation (sauf conjoint). Les autorités fiscales évaluent, au cas par cas, ce qu’on appelle « l’occupation non privée du logement » pour déterminer la possibilité d’exonération de l’impôt sur le logement.

6) Exonération totale ou partielle de l’impôt sur le logement 2020 pour les étudiants : à réclamer !

Les étudiants rattachés au domicile fiscal des parents peuvent bénéficier d’une remise partielle de leur impôt foncier. En effet, la taxe sur le logement dépend de partie du revenu du ménage (comme nous venons de le voir, faible revenu fiscal vous permet d’avoir des allocations). Pour un étudiant qui a un logement mais qui est toujours attaché à la déclaration de parents, les autorités fiscales seront déduire le revenu des parents et non le revenu de l’étudiant pour calculer son impôt sur le logement. En fait, le montant à payer est souvent très élevé pour l’étudiant. L’approche est alors d’envoyer un courriel aux autorités fiscales indiquant que c’est l’étudiant qui vit dans le logement, que c’est lui qui supporte la taxe sur le logement et que la grâce de la impôt pour tenir compte du revenu de l’étudiant dans le calcul de l’impôt et non du revenu des parents. Une approche acceptée régulièrement par l’administration fiscale qui permet l’étudiant économise entre 200 et 600€. Le courrier écrit, la procédure à suivre et des explications dans les vidéos sont ici.

( 7) Quatre allocations partielles sur l’impôt sur le logement.

Attention, point technique. Le Journal officiel des finances publiques et les autorités locales prévoient un certain nombre de déductions sur la taxe sur le logement. En dehors du dernier, ils sont calculés automatiquement. Nous pouvons encore énumérer certains d’entre eux pour les plus curieux :

— Pour chaque personne à charge de votre déclaration de revenus, vous bénéficierez d’un rabais sur ce qu’on appelle la valeur locative cadastrale utilisée pour le calcul de la taxe sur le logement. En d’autres termes, votre taxe sur le logement diminue si vous avez des enfants (ou des parents) à charge de vos impôts (réduction de 10% sur la valeur locative par personne à charge puis 15% de plus de 2).

— Certaines collectivités accordent des rabais de 1 à 15 % sur la valeur locative à des contribuables modestes, en plus de l’abattement visé à 2. Encore une fois, c’est le revenu fiscal de référence qui permettra de calculer automatiquement cette déduction. Nous le trouvons systématiquement : le revenu fiscal de référence faible permet beaucoup de possibilités d’exonération de l’impôt sur le logement. Je conseille toujours aux non-assujettis de déduire toutes les dépenses réelles possibles des impôts pour cette raison : la taxe reste à 0€ mais les coûts réels diminuent le RFR et donc la taxe sur le logement ! Il y a plus de 20 dépenses réelles déductibles d’impôt et il est essentiel même pour les gens libres d’impôt prennent le temps de les déclarer parce que cela permettra une réduction de l’impôt sur le logement jusqu’à la chute du RFR. Pour aller plus loin, la plupart des conseils énumérés dans la section « taxe » du site peut avoir le même effet.

  Quels sont les barèmes pour les impôts ?

— Selon votre lieu de résidence, la municipalité peut appliquer une réduction de 1% à 15% sur la valeur locative cadastrale. Ce sont les municipalités qui décident, vous pouvez obtenir ces remboursements si et seulement si votre municipalité les a en place. Encore une fois, vous n’avez pas la main et le calcul est fait seul.

— Si vous avez un handicap ou êtes handicapé, une réduction de 10 à 20 % selon les communautés peut être possible. Vous devrez le demander pour bénéficier sinon vous manquerez (nous sommes d’accord, c’est déplorable). Aucune condition de revenu n’est nécessaire pour obtenir cette allocation si elle est mise en place par votre municipalité. Il s’agit de la les titulaires d’une allocation d’invalidité, l’allocation d’invalidité supplémentaire, les personnes ayant incapacité empêchant le travail ou les titulaires d’une carte CMI handicap.

8) Exonération de la taxe sur le logement sur les logements vacants ?

Le concept de logement « vacant » évite la taxe sur le logement. Pour que les autorités fiscales considèrent un logement vacant, il est nécessaire que : — La propriété n’est pas habitée le 1er janvier (ni par vous ni par un locataire). « La propriété n’est pas meublée.

Vous pouvez ensuite demander une exonération totale de l’impôt foncier pour les logements vacants. Encore une fois, c’est à vous de le réclamer pour ne pas payer. J’ai expliqué l’approche ici : lettre type — exonération de l’impôt sur le logement pour les logements vacants.

9) Exonération de la taxe sur le logement sur les résidences secondaires ?

Une demande que je reçois souvent : puis-je être exonéré de l’impôt sur le logement de ma résidence secondaire ? Malheureusement, c’est l’inverse. La lettre d’information Finances publiques officielles prévoit que le calcul de la taxe sur le logement sur une résidence meublée non allouée au logement principal est augmentée. Sans oublier que les allocations pour les frais familiaux vus précédemment ne s’appliquent pas pour une deuxième résidence. La taxe de logement sur une résidence secondaire sera souvent plus élevée. Aucune exemption de ce côté-ci, vous avez simplement un temps supplémentaire à payer (mi-décembre pour l’impôt sur le logement pour les résidences secondaires en général). Bien sûr, je parle du logement secondaire et pas un logement vacant qui subit alors des règles différentes. Pour ceux qui louent dans une partie meublée de l’année et réserve le logement occasionnellement, cet article précise qui doit payer l’impôt sur le logement en fonction de la situation.

0

Les autres lecteurs lisent également :