Accueil Crédit Le nantissement pour garantir un crédit professionnel

Le nantissement pour garantir un crédit professionnel

Les établissements de crédit peuvent, afin de garantir le remboursement du prêt immobilier, prendre comme gage un produit financier, qu’on appelle un gage.

Le nantissement peut s’appliquer :

A voir aussi : Commment fonctionne un prêt travaux ?

  • contrat d’assurance-vie,
  • contrat de capitalisation,
  • compte de titres,
  • PPE,
  • PEA (Plan d’épargne d’action),
  • l’ épargne salariale,
  • actions de sociétés (SARL, SCI, SCPI).

La promesse d’un LOG, d’un PEL ou d’un CER est interdite.

A voir aussi : Financer un fonds de commerce avec un crédit professionnel

Le principe de fonctionnement

En cas de défaut de l’emprunteur (décès ou insolvabilité), la banque se rembourse sur le gage d’épargne. Les titres sont nantis en vertu d’un accord tripartite :

  • Un emprunteur qui offre un produit financier en garantie,
  • La banque qui accorde le crédit et promet l’investissement financier,
  • l’ institution financière où le produit financier est logé.

L’ accord signé précise l’étendue des pouvoirs de gestion à la disposition de l’emprunteur sur ses titres (achat, revente, retrait, etc.). L’accord peut également soumettre l’exécution de certains actes à l’agrément de l’établissement bancaire.

Le concept de risque entre en jeu. Plus le portefeuille est risqué, plus le nantissement doit être important pour un montant équivalent de crédit.

Les titres garantis en gage ne peuvent plus être vendus sans l’accord de l’établissement de crédit.

Avantages

La garantie de produits financiers présente de nombreux avantages pour l’emprunteur :

  • elle évite le coût des sûretés puisqu’elle ne paie que des honoraires possibles pour le nantissement,
  • elle continue de bénéficier de ses titres et peut les faire évaluer jusqu’à la fin du prêt.
  La transmission d’entreprise financée avec un crédit professionnel

Le gage de l’assurance-vie

Il s’agit donc du cas le plus courant : le gage de l’assurance-vie.

C’ est un cas classique, en particulier lors de l’assemblage de fichiers de crédit à grain fin.

Un contrat d’assurance-vie est assuré. Cela signifie que la banque a un nantissement sur le capital constitué (par acompte ponctuel et paiements programmés). Si l’assuré ou le bénéficiaire du contrat d’assurance-vie n’est pas l’emprunteur, chaque partie doit donner son consentement à la réalisation du nantissement de l’assurance-vie.

Le nantissement de l’assurance-vie a donc pour effet d’empêcher que le capital établi dans le contrat ne soit versé au bénéficiaire désigné du contrat, mais au profit de l’établissement prêteur.

Quelques conseils à retenir

La garantie d’un produit coûte financièrement moins cher qu’un type de garantie prêt logement, hypothèque, IPPI. Mais faites attention à la liberté laissée par l’institution créancière (le prêteur) dans la gestion de l’investissement financier. Si la banque vous restreint pendant 15 ans (date du crédit immobilier par exemple) pour investir votre argent dans des produits monétaires sans risque mais à faible rémunération, le potentiel de gains non réalisés sera beaucoup plus élevé que le coût économies réalisées au début…

Le problème est le même dans l’établissement d’un prêt à grain fin avec la promesse d’un contrat d’assurance-vie.