Accueil Retraite Senior et dépendance

Senior et dépendance

La vieillesse peut être synonyme de dépendance. Il est nécessaire pour l’entourage du senior d’identifier le niveau de dépendance de leur parent ou proche afin de savoir comment l’accompagner. Mais, comment mesurer le niveau de dépendance d’une personne âgée ?

Aggir, l’échelle d’évaluation de la dépendance d’une personne âgée

L’évaluation de la dépendance du senior permet de lui accorder les aides nécessaires pour mieux vivre sa vieillesse. Le calcul de cette dépendance se fait à partir de la grille Aggir (Autonomie gérontologie-Groupe Iso-Ressources). Cette approche est basée sur l’évaluation des besoins de la personne âgée en référence à ses aptitudes. C’est le degré de dépendance calculé qui motive le placement du parent âgé en maison de retraite ou pas. À partir de ce moment, vous saurez identifier le type de structure pouvant l’accueillir. Généralement, le choix est possible entre une résidence senior et une résidence médicalisée. Vous pourrez trouver de nombreuses offres si vous recherchez une résidence pour senior sur Alençon pour un proche.

A lire également : Coffre-fort numérique : préparer son départ pour protéger sa famille

Les critères d’évaluation de la dépendance des seniors

Pour effectuer le calcul de la dépendance d’une personne âgée, il faut prendre en compte un certain nombre de critères.

Lire également : Comment calculer sa retraite?

  • Cohérence.
  • Orientation.
  • Transferts.
  • Déplacements.
  • Communication.
  • Les tâches de la vie quotidienne.
  Professions libérales : comment assurer sa retraite ?

Le critère de la cohérence sert à vérifier si la personne âgée se comporte de façon sensée. Avec le critère de l’orientation, c’est le repérage dans le temps et dans l’espace qui est mis en avant. Ce critère consiste à savoir si le senior arrive à se repérer dans les moments de la journée ou dans les lieux dans lesquels il se retrouve. Les transferts sont basés sur la capacité ou non de la personne du troisième âge à s’asseoir, se lever ou se coucher.

Le critère du déplacement, quant à lui, a une double dimension : une dimension interne et une dimension externe. La dimension interne de ce critère vise à évaluer la capacité de la personne âgée à se mouvoir à l’intérieur de son logement. Cela revient à déterminer si cette dernière se déplace à l’aide d’un déambulateur, d’un fauteuil roulant ou d’une canne. La dimension externe du critère du déplacement porte évidemment sur la capacité de déplacement hors du logement. La communication est, quant à elle, un critère qui se fonde sur l’aptitude ou non du senior à utiliser les moyens de communication. Par ailleurs, les tâches quotidiennes de la vie regroupent notamment l’alimentation de la personne âgée, la toilette, l’habillage…

Le classement par niveau de dépendance GIR

L’analyse des besoins de la personne âgée à partir des critères énumérés ci-dessus permet d’identifier son niveau de dépendance. Il existe six niveaux de classement en France. Chaque niveau correspond à un Groupe Iso-Ressources (GIR). Suivant la logique d’une gradation descendante, les niveaux de dépendance s’échelonnent du GIR 1 au GIR 6. L’échelle GIR évolue donc de la dépendance la plus forte à la dépendance la plus faible.

  Quel est le lien entre le 3ème pilier et votre hypothèque ?

Groupe Iso-Ressources 1

Ce niveau de dépendance prend fondamentalement en compte les personnes confinées dans leur lit ou dans leurs fauteuils. Celles dont les fonctions mentales sont significativement altérées y sont comprises. Ces personnes ont donc besoin d’une intervention indispensable et continue.

Groupe Iso-Ressources 2

Ici, il s’agit de personnes confinées au lit ou dans un fauteuil. Contrairement à celles en GIR 1, il peut être question de personnes dont les facultés mentales ne sont pas totalement altérées. Celles pouvant se déplacer, mais qui n’ont pas toutes leurs fonctions mentales se retrouvent donc aussi à ce niveau de dépendance. Ces dernières ont besoin d’une surveillance rapprochée. En ce qui concerne la plupart des activités courantes de la vie, elles ont besoin d’une prise en charge.

Groupe Iso-Ressources 3

Si un de vos proches souffre d’une autonomie locomotrice partielle, sa dépendance est de niveau 3 dans l’échelle GIR. Ce niveau prend aussi en compte les seniors ayant conservé leur autonomie mentale, mais qui ont besoin quotidiennement et constamment d’aides pour les soins corporels.

Groupe Iso-Ressources 4

La personne âgée qui ne peut pas assumer toute seule ses transferts est classée dans ce niveau. Incapable de se lever ou de se coucher toute seule, elle peut, toutefois, être capable de se déplacer à l’intérieur de son logement. Le GIR 4 prend aussi en compte les personnes ayant besoin d’aide pour l’habillage, la toilette, les soins corporels et les repas. Elles n’ont pas de problèmes locomoteurs.

Groupe Iso-Ressources 5 et 6

Les seniors ayant besoin d’une aide ponctuelle pour la préparation des repas, le ménage ou la toilette ont une dépendance de niveau GIR 5. Le GIR 6, quant à lui, prend en compte les personnes autonomes pour les actes essentiels de la vie courante.

  Différences entre PACS et mariage pour la réversion retraite

Avec la grille Aggir, il est donc possible d’évaluer le degré de dépendance d’une personne âgée. Une telle évaluation se fonde sur de nombreux critères comme le déplacement et l’orientation, et permet de classer les personnes suivant six niveaux GIR. Vous pouvez lire également : le calendrier des dividendes boursiers.