ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE: ETES-VOUS CONCERNE ?

by

QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UN RC ET UNE PÉRIODE DE 10 ANS ?

En résumé, les travaux de responsabilité civile garantissent l’entreprise et ses employés pendant et après les travaux, pour les dommages causés à autrui (« tiers »). La durée de dix ans garantit vos œuvres pendant 10 ans si elles se révèlent inaptes à leur usage prévu. Lorsque vous signez un contrat, vous avez l’obligation de résultat de livrer un travail sans ARTISANS DE L’ASSURANCE DE LA CONSTRUCTION Parce que nous savons que pour votre accompagnement et votre sérénité sont primordiaux, notre engagement est simple : garantir vos responsabilités ainsi que vos biens contre toute incertitude qui pourrait les mettre en danger.

A lire en complément : Quel permis pour conduire un quad ?

Métiers couverts par la garantie de 10 ans

Tous les métiers de la construction sont concernés par la responsabilité civile et de dix ans, nous avons la capacité de garantir toutes les activités par l’intermédiaire de nos partenaires. Retrouvez sur notre page d’affaires tous les métiers et activités spécifiques que nous couvrons avec des exemples de tarifs. Nous avons également la capacité d’assurer vos entreprises en cas de non-paiement ou de résiliation auprès de votre assureur, ou après de longues périodes sans assurance. N’hésitez pas à nous contacter ou à faire une demande en ligne pour votre devis d’assurance de 10 ans, nous nous engageons à répondre immédiatement

Plus précisément, qu’est-ce qu’une assurance de 10 ans ?

L’ assurance décennale est une assurance obligatoire de construction qui permet aux assurés (constructeurs et professionnels du bâtiment) de remplir leur obligation légale de couvrir leur responsabilité civile de dix ans pour les dommages liés aux travaux. L’assurance responsabilité 10 ans doit être souscrite par chaque constructeur avant l’ouverture du chantier afin de pouvoir la prouver au pouvoir adjudicateur.

A lire en complément : La bonne tenue à porter lorsque l'on conduit une voiture

  Le fond Eurocroissance expliqué

Pourquoi souscrire une assurance de dix ans ?

Dans le cadre de votre activité professionnelle, l’assurance de 10 ans vous protège contre les dommages matériels qui compromettent la solidité de la structure ou des composants de l’équipement, rendant la construction inadaptée à son usage prévu. Ce ne couvre pas les dommages intangibles consécutifs. Les constructeurs qui ne respectent pas l’obligation de souscrire une assurance garantie de 10 ans sont passibles d’une amende de 75 000 euros et/ou d’une peine d’emprisonnement de six mois.

Dix ans de responsabilité civile : une obligation légale

Cette assurance obligatoire est introduite par la loi du 4 janvier 1978 sur la responsabilité et l’assurance dans le secteur de la construction, dite loi Spinetta. Droit Spinetta et responsabilité civile décennale La loi Spinetta établit une présomption de responsabilité pour une période de 10 ans à l’égard de toutes les personnes impliquées dans l’acte de construction, tant à l’égard du propriétaire que de l’acheteur de l’ouvrage. La loi Spinetta, considérant les dommages ou les mauvaises pratiques résultant d’un acte de construction, suppose que le professionnel responsable. Elle exige donc une assurance obligatoire pour couvrir les frais de rénovation si la responsabilité du professionnel est prouvée après évaluation du dommage. Les fabricants sont tenus, en vertu de l’article L 241-1 du Code d’assurance, pour souscrire une assurance responsabilité civile de 10 ans au début de tout chantier de construction.

Assurance dommages

L’ autre partie de la loi Spinetta, et avec elle l’article L 242-2 du Code des assurances, impose au pouvoir adjudicateur (c’est-à-dire le propriétaire de la construction) la souscription obligatoire d’un contrat d’assurance « dommages ». Cela permet de couvrir rapidement, dans le cadre de ce contrat, les frais de rénovation de l’immeuble, avant même la détermination de la responsabilité et le recours éventuel contre l’assureur responsabilité professionnelle de 10 ans. Note : la Cour de cassation (Cass. 3è Ch.Civ. 30 mars 1994) considère que « le défaut de souscrire une assurance obligatoire par le pouvoir adjudicateur n’est pas une exemption ». En bref, le fait que le propriétaire de la propriété n’ait pas souscrit l’assurance obligatoire « dommages » n’exonère pas le professionnel de sa responsabilité. Il suffit de souligner qu’en l’absence d’un contrat « travaux de dommages », le propriétaire n’est indemnisé que si la responsabilité du professionnel est établie et après un recours ou une procédure judiciaire pouvant prendre des années.

  Comment calculer un bonus malus automobile ?

Personnes touchées par l’obligation de responsabilité civile de 10 ans

Cette assurance d’obligation est contraignante pour toutes les personnes impliquées dans la construction, au sens large du terme. Sont considérés comme constructeurs d’un ouvrage en vertu de l’article 1792-1 du Code civil : • architectes, entrepreneurs, techniciens ou autres personnes liées au pouvoir adjudicateur par un contrat de contrat ; • les personnes qui vendent, après l’achèvement, un ouvrage qu’elles ont construit ou fait construire ; • les personnes qui, bien qu’elles agissent à titre de mandataires du propriétaire de l’ouvrage, accomplissent une mission semblable à celle d’un propriétaire. C’est ainsi que sont impliqués tous les métiers, des concepteurs aux réalisateurs, sans oublier les constructeurs non directeurs (y compris le vendeur individuel de la maison qu’il avait construite il y a moins de 10 ans). Il s’agit des entrepreneurs, des architectes, des bureaux d’études, ingénieurs-conseils, techniciens en bâtiment, compteurs, vendeurs d’un ouvrage qu’ils ont construit ou ont construit (promoteurs immobiliers, vendeurs en VEFA, etc.). Les constructeurs individuels et les contrôleurs techniques doivent également engager une responsabilité civile de dix ans. Cette liste n’est pas exhaustive. Bon à savoir : l’obligation d’assurance s’applique également aux fabricants et/ou importateurs de matériaux de construction (article 1792-4 du Code civil).

Garantie de 10 ans d’assurance responsabilité civile

L’ assurance responsabilité civile de 10 ans doit garantir les conséquences des perturbations de 10 ans subies par les travaux. Dommages couverts La responsabilité civile de dix ans garantit des troubles (ou des fautes pratiques) qui compromettent la solidité de la structure ou la rendent inapte à son usage prévu. Par cela, nous entendons la construction d’un défaut ou d’une imperfection résultant d’une mauvaise exécution ou d’un non-respect des règles de l’art. L’article 1792 du Code civil dispose que le constructeur d’un ouvrage : « est responsable à compter du droit au propriétaire ou à l’acheteur de l’œuvre pour les dommages, même à la suite d’un défaut du sol qui met en péril la solidité de l’œuvre ou qui l’affecte dans l’un de ses éléments constitutifs ou l’un de ses éléments d’équipement, la rend impropre à l’usage auquel elle est destinée ». Fonctionnement Cette garantie est limitée à une période de 10 ans à compter de la date de réception du travail. L’article 1792 précise ses limites : « Cette responsabilité n’est pas engagée si le constructeur prouve que le dommage est causé par une cause étrangère ». Bref, le commerçant peut s’exonérer de sa responsabilité en prouvant que les dommages constatés sur l’œuvre résultent d’une cause qui lui est étrangère. La garantie de dix ans couvre les travaux de viabilité, de fondation, de cadre, d’enceinte ou d’auvent et, plus généralement, tout ce que l’on appelle le terme « surmenage », ainsi que les éléments d’équipement qui en font une partie indissociable. Remarque : un équipement est considéré comme inséparable lorsqu’il est enlevé. Son démontage ou le remplacement ne peut être effectué sans détérioration ou enlèvement du matériau de cette structure. Responsabilité civile de 10 ans : autres obligations de garantie du fabricant Il convient de noter que les perturbations ou dysfonctionnements survenant au cours de l’année suivant leur réception sont soumis à la garantie d’achèvement parfait auquel tout fabricant est tenu (art. 1792-6 du Code civil). La garantie biennale (2 ans), également appelée « bon fonctionnement » (article 1792-3 du Code civil) couvre les perturbations affectant les équipements dissociables (chaudière, plafond suspendu, plomberie, planchers, etc.). Cette garantie prend effet à la date de réception des travaux.

0

Les autres lecteurs lisent également :